2005

11 janvier 2005 : suite au déménagement du site Towercast de Reims à Chenay, RCF Reims-Ardennes est brouillée au sud de Charleville-Mézières (vers Poix Terron notamment) sur sa fréquence 94.6 MHz, par Radio FG qui émet sur la même fréquence à Reims avec 500 W de PAR chacunes. Le CTR de Nancy demande donc à Radio FG de réduire sa PAR à 250 W, ce qui est fait en fin de matinée.

25 janvier 2005 : le CSA autorise Radio Jeunes Reims à émettre un code RDS. Ce code RDS (R J R) entrera en service le 16 février au matin. Ca fait au moins 8 ans qu’on en parlait à RJR !

25 janvier 2005 encore : la société de gestion et de participation Marc Moine (SGPMM), actionnaire de la société Objectif REC, titulaire de l’autorisation de diffusion de Happy FM, est désormais composé de la façon suivante :

Marc Moine : 31%

Dimitri Moine : 23%

Marc-Anthony Moine : 23%

Barbara Jourdan : 23%

Une affaire familiale en quelque sorte !

27 janvier 2005 : RCF Reims-Ardennes étant autorisée à émettre avec une PAR de 2 kW, mais émettant avec 1 kW seulement, double donc sa puissance dans la nuit sur sa fréquence rémoise 87.9 MHz. Ce qui implique l’arrêt de l’ensemble des radios diffusées depuis le site TDF Moulin de la Housse durant 2h30 environ (Europe2, Happy FM, France Bleu Champagne, Soleil Média, Radio Phare, RTL 2, Fun, Champagne FM, RTL et Europe 1).

30 juillet 2005 : la SARL Sorama qui gère Europe 2 à Reims change de nom et s’appelle dorénavant la SARL Europe 2 Champagne. Ce changement de nom peut paraître anecdotique, mais les noms des gérants changent aussi. On retrouve Karine Chaignon, Miguel Elvira-Ruiz et Patrice Josselin.

Vous aurez compris, lorsque vous saurez que dorénavant 100% du capital de cette SARL est détenu par la SNC Europe 2 Entreprises, que la dernière radio autonome de catégorie C à Reims vient de passer entièrement sous la coupole d’Europe 2 Paris.

Désormais cela signifie que les opérateurs de cette fréquence rémoise n’auront jamais la possibilité de diffuser un autre réseau si tel est leur souhait.


Ce phénomène est malheureusement de plus en plus courant en France, rares sont les radios C totalement indépendantes en 2005.

RMS 3 (dirigée par Etienne le Du) garde néanmoins l’exploitation de la publicité locale.

29 août 2005 : Champagne FM débute ses émissions sur Sedan (93.1 MHz) et sur Château Thierry (97.5 MHz). Par contre sur Sedan, leur autorisation n’est valable que jusqu’au 28 juillet 2008 (alors que pour toutes les radios, elle est valable 5 ans après la publication au JO) et il semblerait qu’elle n’ait pas le droit de faire des décros pub locaux afin de préserver le marché local, pourquoi tant de " privilèges " ?

Début septembre 2005 : Radio Jeunes Reims décide de monter un peu plus ses dipôles de façon à être mieux entendu, passe à 900 W (au lieu des 200 W utilisés depuis le déménagement de l’antenne le 8 novembre 2004), et " oublie " de remettre l’émetteur à 200 W. Il semblerait que cela ne gène plus les locataires de l’immeuble, donc ils laissent ça comme cela.

RJR passe effectivement mieux.

5 septembre 2005 : " on est comme vous, au début ça nous a fait tout drôle ! ", c’est comme cela que Champagne FM annonce à ses auditeurs sur Atout Magazine qu’ils sont passés devant NRJ sur Reims lors du dernier Médiamétrie rémois (14.7% contre 11.5%). Ils deviennent ainsi la 2éme radio après RTL sur Reims. Il faut dire que cette vague de sondage est favorable aux Indépendants partout en France.

12 septembre 2005 : " Y’a d’la vie sur Happy ! ! ! " pourrait être le nouveau slogan de cette radio en ce début de saison. En effet après l’absence totale d’animateur jusqu’en avril 2001, puis la présence d ‘animateurs mais uniquement en voice track (d’ailleurs bien fait pour certains), de vrais animateurs en chair et en os parle en direct à la radio !

C’est le début, en semaine, de l’After Work avec Jean-Louis de 16h à 20h. Et le 10 octobre débutera  l’Activ’Morning avec Ludo de 7h à 10h.

27 septembre au 1er octobre 2005 : Radio Bazarnaom est de retour sur 90.9 MHz, toujours dans le cadre et à l’invitation du Festival Magnitudes. Ils sont installés cette année sur la Place d’Erlon, comme l’an passé, mais aussi dans les locaux de la Cartonnerie et d’ailleurs leur numéro de téléphone est celui d’un poste fixe local.

Les programmes se sont enrichis de quelques nouvelles émissions, mais je perçois l’ensemble comme moins étonnant, décapant et dynamique par rapport à la précédente édition, peut-être est-ce dû à l’effet de surprise absent cette saison.

4 octobre 2005 : le CSA entérine la modification de site de Towercast à Chenay. Ce qui ne devait être provisoire que pour 6 mois devient donc définitif. En étant procédurier, on pourrait donc dire que du 24 juillet au 3 octobre, Towercast a émis de ce site sans autorisation.

Il faut néanmoins noter que sur les 4 radios diffusées, 2 ont vu leur puissance diminuée : FG passe de 500 à 250 W (voir le 11 janvier 2005) et Skyrock passe de 2 kW à 1 kW.

11 octobre 2005 : le CSA statue favorablement sur la possibilité de reconduire pour 5 ans (soit jusqu’au 6 novembre 2011) l’autorisation de certaines radios champardennaises. La décision finale sera prise le 3 mai 2006.

Jusque là, rien d’extraordinaire.

Ce qui amène à s’interroger, c’est que certaine de ces radios en 2006 devraient avoir atteint leur 2éme renouvellement (soit 15 ans au total après la première autorisation) et normalement au bout de ces 15 ans, il ne s’agit pas d’un renouvellement automatique mais d’une nouvelle demande d’autorisation (le fameux plan " FM 2006 ").

Parmi ces radios figurent pour Reims : FUN, RCF Reims-Ardennes et Europe 2 Champagne.

L’explication pour RCF Reims-Ardennes figure au paragraphe " 25 avril 1991 ", celle pour Europe 2 Champagne pourrait s’expliquer par le paragraphe " 30 juillet 2005 ", enfin pour FUN l'explication vient du fait que, suite au rachat en 1993 de la SARL SERC du groupe Hersant par la CLT (maintenant RTL Group), FUN a remise en jeu toutes ses fréquences. Donc le 1er octobre 1996 les FUN de la région obtiennent une première autorisation et non un renouvellement de 1991. 

Dans le reste de la région, Nostalgie à Sedan en 1991 était autorisée en catégorie C avec une autre fréquence sur Charleville-Mézières (99.9 MHz) qui elle est devenue Europe 2 par la suite. C’est donc une nouvelle demande qui a été faite en 1996 avec changement de catégorie.
Par contre pour NRJ, il est bizarre de noter qu’en 1991 Epernay, Châlons, Reims, Vitry le François, St Dizier et Chaumont étaient toutes autorisées en même temps en catégorie D, et qu’en 2008 Epernay et Châlons ne seront pas concernées par le renouvellement alors qu’elles n’ont jamais changé de catégorie depuis (pour Reims l’explication vient du fait qu’en 1996 elle est passée en catégorie C).
 
D’après l'excellent site Internet www.annuaire.fr.fm, le plan " FM 2006 " ne concernerait donc à Reims que Radio Primitive, Cigale FM, Radio Phare, RTL 2, RTL Radio Jeunes Reims et Europe 1. A noter que Happy FM est également concerné par ce plan mais uniquement pour Epernay et Châlons, pas pour Reims dont la première autorisation n’a été délivrée qu’en 1996.

3 novembre 2005 : le CSA décide d’agréer le changement de titulaire de l’autorisation d’émettre de Radio Livres Télérama délivrée à l’origine à la société Télérama et transférée à sa filiale Téléramaradio. De plus, le format 100% lecture de livres passe à 44%, le reste étant composé de musique (36%) et de chroniques (20%).

Enfin Radio Livres Télérama change de nom et devient TéléramaRadio

Mais à Reims……………toujours rien sur 1485 kHz, alors que Meudon (Paris) débute sur 1062 kHz le 28 novembre 2005.

15 novembre 2005 : le titulaire de l’autorisation de NRJ à Reims change. C’était la SARL NRJ programmes locaux et c’est maintenant la SAS NRJ Réseau. En clair c’était avant une franchise troyenne et c’est maintenant directement NRJ Paris.

Début décembre 2005 : suite à la fusion entre les MJC et les Centres Sociaux de Reims qui deviennent Maisons de Quartier, Radio Phare déménage et part s’installer dans un local de la mairie de Cormontreuil (avant de rejoindre la future médiathèque de Cormontreuil dans 18 mois).

D’après un article du journal l’Union daté du 3 février 2006, ce déménagement vers Cormontreuil laisse planer un étrange climat. Ce transfert serait-il une fuite pour échapper à on ne sait quelle dictature ?

A part Tinqueux qui abrite Happy FM et Cigale FM, Cormontreuil devient la seule ville de l’agglomération rémoise à avoir accueilli une radio sur son sol.

Il faut dire que les relations entre Cormontreuil et Radio Phare sont déjà anciennes (sonorisation de la brocante, diffusion des communiqués de la mairie,…). Radio Phare va t-elle devenir Radio Cormontreuil maintenant qu’elle n’est plus à la MJC Le Phare, l’avenir nous le dira.

13 décembre 2005 : comme on pouvait s’y attendre, lors de son assemblée plénière le CSA décide de repousser au 5 mars 2008, soit 2 ans de plus que la date initiale, les échéances des autorisations des radios autorisées le 5 mars 1991 dans la région (en application de l’article 138 de la loi du 9 juillet 2004).

71 fréquences sur 136 sont concernées, soit 52%.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×