2004

 

13 février 2004 : L’association Source de Vie porteuse du projet de radio « Vie FM » lors de l’appel de mars 2001 et dont la demande a été rejetée dépose une requête auprès du Conseil d’Etat.

Elle insiste sur le fait que son rejet lui a été signalé trop tard (le 16 décembre 2003) et que le caractère inédit des formats de Radio Classique et Radio FG n’est pas établi d’après Vie FM.

Sa requête sera rejetée le 28 décembre 2005.

Vie FM était un projet de radio associative protestante évangélique.

26 février 2004 : le premier évènement de l’année concerne la bande AM. Ce jour paraît au Journal Officiel (n° 48, page 3882) la décision CSA n° 2004.67 du 10/02/04 autorisant les radios AM présélectionnées en régions (les fréquences parisiennes ayant déjà été autorisée, fin juillet, en même temps que la publication des autorisations FM pour Reims notamment).

Ainsi à Reims, Radio Livres Télérama est autorisée sur 1485 kHz avec 1 kW sans restriction depuis le lieu dit : la Vigie de Berru sur le Mont de Berru (endroit déjà occupé par TDF pour diverses liaisons).

L’altitude du site est de 255 m et la hauteur de l’antenne : 319m.

16 mars 2004 : le CSA autorise Radio Jeunes Reims à installer son antenne 17 rue Paul Petit et à augmenter sa puissance à 2 kW, ce qui la met au même niveau que les radios les plus puissantes de Reims.

16 juillet 2004 : c’est le retour sur la scène médiatique d’un des piliers de la bande FM rémoise : on annonce l’entrée dans le capital de Presse Alliance qui gère le journal France Soir, de la Financière Hoche à hauteur de 51% (filiale de VME Patrimoine, entreprise spécialisée dans l’immobilier présidée par Jean-Pierre Brunois, fondateur de 88.6 en 1984, puis responsable de FUN en région). Le groupe italien Poligrafici Editoriale conservant 49%. Le 6 août, la vente ne se réalisera pas car Jean-Pierre Brunois ne s’est pas présenté (il déclare qu’il y a juste un retard dans les formalités). Les salariés n’étaient pas favorable à ce rachat qui ne leur semblait pas très clair.

27 juillet 2004 : suite à l’appel aux candidatures lancé en Alsace-Lorraine le 22 juillet 2003 comportant un appel partiel pour les Ardennes et précisément pour la fréquence 93.1 MHz à Sedan (qui d’ailleurs était déjà libre l ‘an passé !), le CSA attribue cette fréquence à Champagne FM qui s’implante ainsi dans les Ardennes (ceci est certainement dû au coup de gueule lancé par Champagne FM l’an passé car elle n’avait obtenu qu’une seule fréquence supplémentaire à Romilly/Seine alors qu’elle avait demandé une couverture plus large en région ; le 93.6 MHz de Vitry le François qui devait lui être attribué sera préempté par France Bleu Champagne).

26 au 30 octobre 2004 : c’est un peu comme si des martiens débarquaient dans un centre commercial archi bondé un samedi après-midi. Alors que la bande FM s’aseptise de plus en plus depuis 1991, ce 26 octobre au soir, on découvre en zappant par hasard sur la bande FM une " radio libre " sur 90.9 MHz en mono (sans RDS bien sur) ! ! !

Il s’agit de Radio Bazarnaom. Une radio délire tout à fait dans l’esprit des pionniers de 1981.

C’est en fait, une radio composée d’artistes qui jouent sur les ondes, comme d’autres jouent sur scène et qui a obtenu une autorisation provisoire du 26 au 30 octobre.

Cette compagnie artistique basée à Caen a pour objet de couvrir des manifestations dans la France entière en faisant de la radio. A Reims, ils viennent à l’invitation du festival Magnitudes organisé par la toute nouvelle Cartonnerie.

Les émissions et surtout l’info (un peu colorée gauche anti-capitaliste) sont du pur délire décliné localement dans la mesure du possible (on apprend par exemple que Gérard Depardieu et David Douillet ont explosé soudainement ou encore que les flèches de la cathédrale de Reims grandissent toutes seules).

Radio Bazarnaom fait preuve d’une grande richesse et d’une grande originalité musicale, passant de Brassens au disco/funk avec un détour par le reggae ou encore ces belles mélodies rappelant si bien les années 70.

Ils émettent avec un dipôle (50 W) installé sur l’église St Jacques à partir d’une vieille caravane située place d’Erlon (à côté de la fontaine Subé), les auditeurs sont aussi spectateurs directs de leurs élucubrations.

Ils donnent à l’antenne un numéro de téléphone portable (06.62.57.97.90).

Ils arrosent très bien le centre de Reims mais plus difficilement la périphérie.

Il est bizarre que le CSA ait attribué la fréquence 90.9 MHz à cette radio sachant que c’est celle de France Inter à Bar le Duc et qu’elle passe un peu dès les limites de Reims franchies.

On peut capter Radio Bazarnaom toute l’année sur internet (bazarnaom.free.fr).

8 novembre 2004 : la cour d’appel de Reims condamne Towercast et l’OPAC à désactiver l’antenne installée au sommet d’une tour 119 boulevard Albert 1er depuis octobre 1996 et qui diffuse NRJ, Chérie FM, Skyrock et FG.

Ceci est l’épilogue d’un combat qui a débuté en 1998 avec la création d’une association de riverains exaspérés par les nuisances hertziennes occasionnées par cette antenne (qui brouillait les autres fréquences radio et TV dans un rayon d’un kilomètre).

L’arrêt de la cour d’appel laisse un mois, à compter de sa signification à l’OPAC le 26 novembre, pour la désactivation de cette antenne, sous peine de devoir payer 15000 euros par constats établis.

Il existe 6000 relais hertziens de ce type en France et cette décision pourrait faire jurisprudence.

8 novembre 2004 encore : décidément c’est un jour dédié aux " émetteurs sur immeuble qui posent problème".

Radio Jeunes Reims installe un nouvel émetteur de 2 kW sur un immeuble situé 17 rue Paul Petit (comme le CSA les y autorisent dorénavant depuis ce site) mais ils brouillent un locataire assez durement, ils repassent donc à 200 W dès le 12 novembre et reprennent même leurs émissions depuis la rue Ponsardin le 16.

Dès le 17, ils réémettent depuis cet immeuble mais avec 200 W.

Puis quelques fois encore, ils vont retrouver la rue Ponsardin quelques heures.

23 novembre 2004 : Champagne FM est présélectionnée à Château Thierry sur 97.5 MHz.

24 décembre 2004 : le Père Noël passe 119 boulevard Albert 1er et désactive dans la nuit du 23 au 24 l’antenne Towercast qui brouillait une bonne partie du quartier depuis le 6 novembre 1996.

Il était temps car l’association " Reims Nord contre les nuisances hertziennes " s’apprêtait à faire constater ces nuisances par huissier le 26 décembre. Ce qui aurait valu 15 000 euros d’amende à l’OPAC.

Les auditeurs de cette tour peuvent enfin découvrir la diversité de la bande FM rémoise !

Towercast, suite à la récente décision de la cour d’appel de Reims, arrête donc ses émissions de ce lieu et transfert les 4 radios sur les hauteurs de Chenay (à l’ouest de Reims). Ce site géré par la Sogetec de 1993 à 1996 (qui est devenue par la suite Towercast) a notamment diffusé la défunte Eurojazz.

Le site des Bondes à Chenay est provisoire en attendant d’en trouver un autre plus proche de Reims d’ici 3 à 6 mois. D’ailleurs le CSA dans sa décision datée du 24 janvier 2005 autorise l’exploitation de ce site pour 6 mois maximum.

Cette décision de justice donne des idées aux riverains des Tours Mercuriales à Bagnolet qui ont la joie de n’écouter que les radios diffusées par les 2 antennes gérées par TDF et Towercast.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×