88.6

 

 

88.6 : surnommée la Nouvelle Radio à ses débuts, 88.6 apparaît le 22 août 1984 à 9h00 (la porteuse, elle, démarre le 18 août) et bouscule le paysage radiophonique rémois et en particulier le leader de l'époque RCM.


88.6 aurait du s’appeler normalement Fréquence Bulle (nom sous lequel elle dépose son dossier auprès de la Haute Autorité), mais peu de temps avant son lancement Christian Baudette, le fondateur de RTME à Epernay qui a un projet de radio surnommé Bulle FM croise par hasard un des fondateurs de 88.6 et lui précise que le nom « Bulle FM » est déposé à l’INPI et qu’il compte le garder. Elle s’appellera donc « 88.6 », pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Tant pis pour le clin d’œil à Radio Magnum.
Car cette radio est créée par des anciens de Radio Magnum.
A l’époque Jean-Pierre Brunois (le fondateur de 88.6) avait le projet, avec Alain Poggi (le fondateur de Radio Magnum), de développer Radio Magnum mais pour diverses raisons cela ne se fera pas et Jean-Pierre Brunois créera donc sa propre radio.


Jean-Pierre Brunois s’entoure de Gérard Jacquemin aux programmes et aux relations extérieures et de Denis Ménétrey à l’info.


Elle est baptisée le 7 décembre 1984 dans les caves du champagne Canard Duchène par Jean François Lamour (médaille d’or du sabre au JO de 1984).


Une concurrence très sévère à base de sondages complaisants et de campagne de pub notamment va commencer avec RCM, mais aussi du piratage d’idées, du jumping sur les tarifs pub, du débauchage d’animateurs, voire des procès.


Elle se veut une radio professionnelle et emploie jusqu’à 21 salariés sans aucun bénévole.
Elle est très active pour sponsoriser les premières au cinéma, les concerts, les manifestations sportives, …
Elle cible tout de suite et uniquement les moins de 35 ans.

Ses jingles chantés sont interprétés par le célèbre duo Peter et Sloane.


Pour créer 88.6, Jean-Pierre Brunois s’est inspiré de ce qui se faisait à Paris et a notamment contacté Patrick Meyer (le fondateur de RFM). De RFM on peut noter le professionnalisme des animateurs (plus encore que RCM) ainsi que le confort et la qualité d’écoute.
Elle installe d’ailleurs son émetteur sur le château d’eau du Moulin de la Housse (le meilleur endroit de Reims revendu par la suite à TDF).


Elle diffuse les infos de Chic FM (l'AFC de Robert Hersant et Claude Lelouch) sans en reprendre ses programmes, elle fait aussi de l'info locale avec une dizaine de journalistes dont beaucoup poursuivront à Radio France Champagne (dont Violaine Ill, à l’époque animatrice, qui officie aujourd'hui sur France Bleu national). Côté animateurs on note encore Christelle Lapierre (aujourd’hui sur France Bleu Champagne) ou Laurent Pellé et Philippe Chartier (passés depuis sur Europe 1).


Elle est homologuée le 22 mars 1985 malgré son refus de s'arrêter sur ordre de la Haute Autorité le 30 octobre 1984 comme 3 autres radios rémoises.


Elle participe à une expérience de TV locale le temps d'un week-end les 26 et 27 janvier 1985 : 88.6 TV propose de 18h00 à 19h00 (19h30 le 27) un journal télé, des clips et un débat sur la TV et le cinéma (le 26) et la TV et le sport (le 27), elle est diffusée uniquement dans la galerie marchande qu'ils occupent, la galerie de l’Etape, grâce à des TV internes. Ceci alors qu’on parle de plus en plus de TV locales privées en ce début d’année 1985 ; 88.6 s’associe d’ailleurs au projet national RATV (« Réseau Autonome de TéléVision » qui regroupe 60 projets de TV provinciales de proximité et présidé par Pierre Crisol).


En juin 1985, elle crée Média Force (Audio Visuel Communication), concurrent direct de Radio Plus (de RCM), et fédère 91.4 à Laon, Radio Épernay Champagne et FMC à Châlons, puis plus tard sera la régie pub d’une dizaine de radios FUN et Nostalgie de St Quentin à Nancy, en passant par Troyes. La grosse différence avec Radio Plus, c’est que Média Force n’est qu’une régie pub.


Le 7 janvier 1986 commence la campagne d’affichage dans Reims notamment pour l’émission de Violaine de 16h00 à 20h00.


Le 31 mai 1986, elle organise, avec la ville de Reims, un concert géant au stade Delaune avec Jimmy Cliff, Les Communards (avec Jimmy Sommerville),…des trains spéciaux sont affrétés au départ de Paris. Cet événement est précédé de concerts avec des groupes régionaux la veille à la patinoire. On entendra même de la pub pour cet événement sur RTL.


Le 1er novembre 1986, en réponse à RCM qui est devenu NRJ, elle se franchise FUN et ouvre FUN à Châlons sur 100.1 MHz mi-novembre 1986 (ex FMC), FUN à Épernay sur 102.6 MHz le 30 décembre 1986 (ex Fréquence Passion) et FUN à Troyes sur 97.3 MHz en octobre 1987. Mais Jean-Pierre Brunois précise, à qui veut l’entendre, que cette franchise n’a rien à voir avec celle de NRJ car FUN est alors 100% locale (le programme par satellite arrivera le 5 octobre 1987). D’après Jacques Moretti, Jean-Pierre Brunois était aussi sur les rangs, depuis avril, pour obtenir la franchise NRJ.


A noter que du 21 novembre 1986 au 12 décembre 1986, elle émet, elle aussi, en plus sur 90.5 MHz (une fréquence qui a hébergé pour une durée plus ou moins longue Radio Phare, Big FM, Europe 2/ Radio Magnum, VOA, Aventure FM, Maxximum et donc FUN/88.6 avant d’être attribuée le 10 juin 1992 à Radio Cigale).


Média Force réunira plus tard Nostalgie Reims et RMC Champagne.


Au début de l’année 1990, Jean-Pierre Brunois lasse de ce qu’est devenu la radio (un programme sous-traité à l’extérieur servant uniquement à inclure les publicités locales) décide de vendre.
Jacques Moretti et Etienne Le Du rachètent Média Force, le matériel radio et la fréquence 89.9 et créent la régie Contact Distribution qui gérera dorénavant Europe 2 sur 89.9 MHz (à la place de Radio Nostalgie) et Skyrock sur 97.7 MHz (à la place de Radio Ambiance). 
FUN, revendue par Jean-Pierre Brunois à Hersant (qui dirige FUN au niveau national), se contente alors du programme national.
Par contre les radios de Contact Distribution, Europe 2 et Skyrock, font réellement des décros locaux (mais Europe 2 est à l’époque une banque de programmes identifiée et pas un réseau).


Les FUN de Châlons et d’Epernay ne sont pas rachetées par Contact ni Hersant et deviendront NRJ en passif le 11 juin 1990 au moment où NRJ Reims 96.1 MHz deviendra Skyrock (et Chérie FM Reims deviendra NRJ en passif sur 102.1 MHz) suite au communiqué 34 (cf : histoire de Radio Centre Marne).


FUN, le 5 mars 1991, passe en catégorie D sur 101.7 MHz.


Europe 2 / RMS (dossier présenté par la S.A.R.L. RMS 3) sera retenu sur 88.8 MHz, mais Skyrock (dossier présenté par la S.A.R.L. Contact Distribution), lui, ne sera pas retenu.

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×